Qui sait cracher ne boit plus jamais du vin mais goûte ses secrets…

Salvador Dali

Les mots d’ordre de la dégustation sont:

Observer, sentir, goûter, cracher et décrire!

La dégustation ne fait pas appel qu’à 3 sens mais bien à nos 5 sens. Si l’olfactif et la vue nous semblent évidents, le toucher (par la langue et le palais) est aussi sollicité pour bien décrire les composants tanniques, par exemple. Lors d’un atelier dégustation un sens est constamment sollicité c’est celui de l’ouïe, sans écoute pas de partages, pas de mot sur les sensations, pas d’échange. Il est donc primordial que vos sens soient clairs. Pour s’assurer de cela 3 règles fondamentales: Cracher, cracher et cracher….

Et pourtant tout dans notre éducation va à l’encontre de ce geste pourtant essentiel de la dégustation. Cracher est réservé pour les choses que nous n’aimons pas voir pour les choses dangereuse pour notre santé. Aller à l’encontre de votre éducation pourtant lorsque vous goûter du vin vous sera extrêmement bénéfique.

3 (très) (bonnes) raisons (pour vous convaincre) de cracher pendant un atelier dégustation:

  1. Garder vos sens aiguisés
  2. Ne pas vous sentir fatigué et prendre des risques pour la suite de votre journée
  3. Le plus important, la dégustation allant toujours vers des vins de plus belles qualité, pouvoir vous octroyer un verre de votre vin préféré à la fin de la séance sans prendre de risque pour votre santé.

Il y a bien d’autres bonnes raisons que vous découvrirez au fur et à mesure de vos expériences gustatives.

Pourquoi cracher ne gâche pas le plaisir ? Au contraire (Et oui)

La description des arômes et du goût passe essentiellement (99%) par l’olfaction (nez) et la rétro-olfaction (passage au fond du palais dans l’espace entre l’oesophage et la trachée). Tout ce qui passe après la gorge n’apporte que 1% du goût. La gorge vous donnera une idée du taux d’alcool par l’aspect plus ou moins chaleureux du vin, mais si vous voulez connaître le degré d’alcool vous pouvez tout aussi bien lire l’étiquette 😉

Quand vous goutez, donc, vous ne laissez pas l’alcool endormir vos sens et vous restez donc éveillé au moindre contact entre le vin et votre. Cerise sur le cupcake plus vous vous exercez à la dégustation plus vous augmentez votre sensibilité. Exactement comme la pratique de la méditation la pratique de la dégustation vous éveille à vos sensations, décuplant le plaisir.

La connaissance nuit elle au plaisir ?

Il peut y avoir un peu de ça. Tout comme un musicien entendra les défauts d’un morceau, tout comme un chanteur percevra les mauvaises tonalités et vibration d’une voix, là où les néophytes ne verrons et n’entendrons que de la musique et resterons dans l’émotion, l’apprentissage de la dégustation va mettre des mots, des explications à des sensations, des goûts, des arômes. Je vous rassure, bien guidé et toujours avec l’esprit ouvert et la bonne humeur la mise en lumière d’un vin sera toujours un vrai plaisir. Dorénavant vous saurez en parler avec des mots  justes qui vous permettrons de partager votre plaisir avec vos convives. ayant compris aussi votre propre rapport aux arômes du vin et aux sensations que vous aimez vous pourrez plus facilement revenir à ce plaisir avec des bouteilles que vous ne connaissez pas.

L’aventure de la connaissance par la dégustation peut être comparée à l’apprentissage de la conduite. Tout comme le fait de comprendre votre véhicule et les sensations de la conduite vous pouvez prendre plaisir sur des routes différentes et des véhicules différents.

La dégustation c’est comme apprendre à marcher, passés les premiers pas vous pourrez ensuite parcourir le monde entier du mondo vino

Guide du Bon dégustateur

Pour bien déguster il faut une préparation, pas d’athlète mais presque. Si vous étiez payés pour déguster vous pourriez enfin réclamer un arrêt maladie lorsque atteint d’une rhino-pharyngite. Et oui, le banal rhume est clairement une contre indication à la dégustation, cependant l’arrêt maladie restant une douce utopie mieux vaut l’éviter.
Plus sérieusement un bon dégustateur se doit d’avoir:

  • le palais propre (exit tabac, café, bonbons vichy…)
  • Une bonne vue (micro fibre pour vos lunettes)
  • le nez dégagé
  • l’esprit ouvert prêt à tout accueillir sans préjugé c’est mieux et avec bonne humeur c’est idéal

Côté espace de dégustation

On choisira de préférence un lieu avec une lumière naturelle, un fond blanc (utilisation de serviettes blanches), de quoi écrire, de l’eau pour rincer et ré hydrater ses papilles, du pain pour enlever les goûts entre les vins.

La dégustation c’est comme un épisode de Columbo (sans cigare)

ah, excusez moi. juste une dernière question. Vous permettez ?

Lieutenant Columbo

Si j’osais je dirais qu’on boit pour le plaisir on déguste pour se souvenir! Mais voilà se souvenir avec plaisir, le plaisir de la découverte, le plaisir de l’analyse des sensations, le plaisir de comprendre le cheminement d’un vigneron, le plaisir de pouvoir remonter un fil invisible tendu de votre verre de vin à la vigne.

La dégustation c’est un peu comme un épisode de Columbo on connait la fin reste à découvrir le comment…Perso je ne me lasse pas de Columbo, et vous ?

%d blogueurs aiment cette page :