Conventionnelle, raisonnée et bio sont les plus connues, ensuite on retrouve la biodynamie et le plus récent vin nature…

Conventionnelle signifie que vous pouvez utiliser toutes les armes chimiques autorisées pour combattre les mauvaises herbes, les maladies et les insectes ou animaux dits ravageurs. Si tout est possible cela ne veut pas dire qu’un vigneron en conventionnel va pour autant utiliser de la chimie en masse. Cela va dépendre de ses besoins, de ses choix personnels mais dans tous les cas il n’y aura pas de traçabilité, pas de visibilité sur l’étiquette.

La conduite raisonnée c’est la mise en application du précepte anglais “less is more”  (moins c’est plus), en clair on peut utiliser tous les produits chimiques mais on ne le fait qu’en quantité raisonnée et seulement si nécessaire. Ici encore difficile d’avoir une traçabilité. Notez qu’un vigneron engagé dans cette pratique, fait remonter de manière très précise les évolutions des maladies, parasites, animaux sur son vignobles auprès de son organisme référent. La pratique raisonnée en ce sens permet vraiment d’avoir des suivis rigoureux et de trouver des solutions applicables au long terme avec le moins d’effets polluant possible.

La conduite en bio pour biologique quant à elle ne permet pas l’utilisation de produits chimiques, pour autant elle permet toujours l’utilisation de métaux lourds ou de produits pouvant déstabiliser l’équilibre naturel, par exemple le cuivre y est toujours autorisé, c’est aujourd’hui le principal composant de la bouillie bordelaise seul traitement efficace contre le Mildiou. La pratique en biologie est plus simple dans certaines régions (les moins humides) et avec certains cépages (les plus résistants), pour autant on la retrouve dans toutes les régions. Depuis 2012 le label bio comprend la conduite des vignes et la vinification (fabrication de vin).

Pour les vignerons qui souhaitent aller plus loin dans le respect des sols on retrouve la biodynamie issue des travaux et des essais de Rudolph Steiner, qui en plus d’être une conduite en bio et une pratique qui tient compte des cycles lunaires, solaires, journaliers et a pour but de renforcer la vigne tout en revivifiant les sols. Cette conduite suit des règles boen précises, et utilise des décoctions d’herbes et compost organique pour fertiliser et lutter contre les maladies.

Les vins natures ne sont pas réunis sous une même labellisation, l’idée cependant est de pratiquer au minimum une conduite bio voir biodynamique et de n’utiliser aucun intrans lors de la production de vin notamment le SO2. Pour information le SO2 se produit naturellement lors de la fermentation et a une action de conservateur. Les conduites bio et biodynamique n’en ajoute que très très peu.

Certains vignobles ont des conditions climatiques où la conduite raisonnée permet moins d’utilisation de traitement qu’en bio, la raison en est qu’en bio on fait des traitements préventifs alors qu’en raisonné on ne traite que si besoin. Vous trouverez donc dans les régions les plus chaudes et les plus sèches des viticulteurs en raisonnée plus bio que bio. Demandez à votre caviste !!

Pour en savoir plus venez à notre dégustation “Bio, Biodynamie, nature…on fait le tri ?” le 27 Janvier 2019

 

Nouveau Carnet de Dégustation by Déjeunons sur l'Herbe Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :