Apparence, aromaticité olfactive, goût… vous me répondrez trois sens mon cher Watson (sauf que je ne m’appelle pas ainsi) ! Les sens visuel, olfactif et gustatif… je vous entends dire, le dernier c’est le meilleur… et bien non. Non, pas que vous ayez tort, car oui on utilise bien c’est ces trois sens, mais on utilise également le toucher et l’ouïe.
Et oui ! Car quand le vin rentre en contact avec vos papilles, ce n’est pas seulement le sens gustatif qui rentre en action, mais bien le toucher. Comment définir l’acidité, la quantité et la qualité des tannins sans observer leur impact sur votre langue, votre palais et vos dents ? Ne parle-t-on pas de vins qui ont de la mâche ? La mâche, c’est la consistance que prend le vin dans votre bouche. En oenologie, on utilise le terme de “corps”. Et puis, déguster sans poser des mots sur vos sensations, sans échanger, ne nous le cachons pas, cela s’appelle boire .
La dégustation implique donc de mettre des mots sur vos sensations et de les mémoriser. Et la meilleur façon de progresser, c’est évidemment d’échanger avec les autres. La dégustation est donc un plaisir qui se partage et qui active tous vos sens…!
NB : Pour les personnes non voyantes, ce n’est pas seulement l’odorat et le goût qui sont plus développés mais bien le toucher aussi.

Nouveau Carnet de Dégustation by Déjeunons sur l'Herbe Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :